Rechercher

En catimini, le gouvernement facilite l’abattage des arbres d’alignement - de Reporterre.net

Dernière mise à jour : juil. 14

Débattue actuellement au Sénat, la loi 4D sur la décentralisation contient une disposition qui enrage les écologistes : la simplification de l’abattage des arbres d’alignement, qui bordent nos routes et nos boulevards. La raison ? Ils gênent la construction d’infrastructures.

Que le temps où un président de la République vantait la beauté des arbres semble loin. En 1970, dans une lettre à son Premier ministre, George Pompidou regrettait que « les arbres n’aient pas de défenseurs » et qu’ils se fassent « détruire systématiquement » dans « une profonde indifférence ». « La France n’est pas faite uniquement pour permettre aux Français de circuler en voiture, et, quelle que soit l’importance des problèmes de sécurité routière, cela ne doit pas aboutir à défigurer son paysage », écrivait-il avant d’appeler à « sauvegarder tous les arbres plantés en bord de routes ». Cinquante ans plus tard, malgré la prise de conscience écologique, les coupes d’arbres continuent. Pire, l’attitude de nos gouvernants vis-à-vis de la nature s’est dégradée, nourrie par les faux semblants et l’hypocrisie. Dernière attaque ? La loi « 4D » [1] débattue depuis mercredi 7 juillet au Sénat. Le gouvernement a profité de ce texte sur la décentralisation pour introduire une disposition complètement hors sujet qui vise à « simplifier » l’abattage des arbres d’alignement, qui bordent nos routes et nos boulevards. C’est un petit article [2], glissé en douce, noyé au milieu de quatre-vingt-trois autres, perdu dans le flot des propositions.

« Les arbres d’ornement ont des fonctions écologiques. Ils stabilisent les sols, purifient l’air et atténuent les îlots de chaleurs. » Wikimedia Commons/CC BY 2.0/Jeanne MenjouletPour les associations écologistes, son inscription dans la loi 4D ne doit rien au hasard. Le texte de loi, maintes fois reporté et très technique, n’enflamme pas les foules. « C’est une manière de passer inaperçu, estime Morgane Piederriere, responsable du plaidoyer à France Nature Environnement. Ça n’aurait pas eu le même écho médiatique d’intégrer cette disposition dans la loi Climat, par exemple. »

« Les allées d’arbres sont comme des forêts en ligne » Par ce texte, le gouvernement entend modifier l’article L350-3 du Code de l’environnement qui protège les arbres d’alignement. Pour les écologistes, ces arbres sont très précieux. « Ce sont les héritiers de plantations débutées dès le XVIe siècle, raconte George Feterman, président de l’association Arbres. Ils ont autant un rôle d’ornement que des fonctions écologiques. Ils stabilisent les sols, purifient l’air et atténuent les îlots de chaleur. De plus, ces arbres sont souvent âgés et abritent un biotope particulier. Je les vois comme des forêts en ligne. »

Mais avec la loi 4D, la situation risque de se détériorer. L’exécutif souhaite introduire de multiples dérogations pour faciliter l’abattage des allées d’arbres en cas de travaux. Il réduit aussi le périmètre d’application de l’article L350-3 en le cantonnant aux voies publiques et pas aux accès privés ; et laisse, in fine, le préfet décider du sort des arbres face à des projets d’aménagement. Dans une lettre adressée à l’exécutif, France Nature Environnement déplore « ces nombreux reculs » qui « vont à l’encontre des préoccupations des Français et des Françaises sur l’écologie ». La navette parlementaire ne fait que commencer et le texte doit encore être examiné par l’Assemblée nationale.

Anecdote cocasse : à l’origine, l’article L350-3 du Code de l’environnement est issu d’une loi de 2016 portée par Barbara Pompili elle-même. Elle était alors secrétaire d’État à la biodiversité sous le quinquennat de François Hollande. Comme pour les néonicotinoïdes, l’actuelle ministre de la Transition écologique participe au détricotage de son propre travail. Continuer à lire l'intégralité de l'article de Reporterre

Image de reporterre.net

0 commentaire

Posts récents

Voir tout

" SIMPLIFICATION DE L'ACTION PUBLIQUE LOCALE "

ÉTUDE D'IMPACT PROJET DE LOI RELATIF À LA DIFFÉRENCIATION, LA DÉCENTRALISATION, LA DÉCONCENTRATION ET PORTANT DIVERSES MESURES DE SIMPLIFICATION DE L'ACTION PUBLIQUE LOCALE NOR : TERB2105196L/Bleue-1