Rechercher

Espèces observées sur la berge entre le pont de Saint-Cloud et le pont de Suresnes

Oiseaux


Espèces observées sur la berge entre le pont de Saint-Cloud et le pont de Suresnes, soit par observation directe et récurrente de l’espèce, soit par reconnaissance de son chant.

Le Martin-pêcheur d'Europe bénéficie d'une protection totale sur le territoire français depuis l'arrêté ministériel du 17 avril 1981 relatif aux oiseaux protégés sur l'ensemble du territoire. Il est inscrit à l'annexe Ia de la directive Oiseaux de l'Union européenne. A ce titre, il est interdit de détruire, altérer ou dégrader son milieu.

La Bergeronnette des ruisseaux bénéficie d'une protection totale sur le territoire français depuis l'arrêté ministériel du 17 avril 1981 relatif aux oiseaux protégés sur l'ensemble du territoire. A ce titre, il est interdit de détruire, altérer ou dégrader son milieu.

Le Chevalier guignette bénéficie d'une protection totale sur le territoire français depuis l'arrêté ministériel du 17 avril 1981 relatif aux oiseaux protégés sur l'ensemble du territoire. A ce titre, il est interdit de détruire, altérer ou dégrader son milieu.

La Bergeronnette grise bénéficie d'une protection totale sur le territoire français depuis l'arrêté ministériel du 17 avril 1981 relatif aux oiseaux protégés sur l'ensemble du territoire. A ce titre, il est interdit de détruire, altérer ou dégrader son milieu.

Le Rouge-gorge familier bénéficie d'une protection totale sur le territoire français depuis l'arrêté ministériel du 17 avril 1981 (modifié en 2009) relatif aux oiseaux protégés sur l'ensemble du territoire. A ce titre, il est interdit de détruire, altérer ou dégrader son milieu.

La Mésange charbonnière bénéficie d'une protection totale sur le territoire français depuis l'arrêté ministériel du 17 avril 1981 (modifié en 2009) relatif aux oiseaux protégés sur l'ensemble du territoire, remplacé le 29 octobre 2009 par l'arrêté ministériel fixant la liste des oiseaux protégés sur l'ensemble du territoire et les modalités de leur protection

Le Verdier d'Europe bénéficie d’une protection totale sur le territoire français depuis l'arrêté ministériel du 17 avril 1981 relatif aux oiseaux protégés sur l'ensemble du territoire. A ce titre, il est interdit de détruire, altérer ou dégrader son milieu.

Le Chardonneret élégant bénéficie d'une protection totale sur le territoire français depuis l'arrêté ministériel du 17 avril 1981 relatif aux oiseaux protégés sur l'ensemble du territoire A ce titre, il est interdit de détruire, altérer ou dégrader son milieu.

Le Pinson des arbres. Tous les pinsons sont des espèces protégées en France depuis la loi de protection de la nature du 10 juillet 1976. A ce titre, il est interdit de détruire, altérer ou dégrader son milieu.


Sont également présentes (non protégées) :

La foulque macroule

Le cygne tuberculé

Le cygne noir

La gallinule poule d’eau

Le canard colvert

L’oie bernache

Le troglodyte mignon


Odonates


De nombreuses libellules et demoiselles sont observées dès le printemps et durant l’été sur cette berge arborée. Au regard du nombre d’espèces observées et de leur abondance, on mesure « l’état de santé » de ce milieu, véritable zone humide. La berge bordant la Seine est très importante pour le développement des odonates. En effet, elle fait entièrement partie de l’habitat des libellules qui la parcourent à l’état adulte, notamment pour chasser, se reposer ou se déplacer d’un site à l’autre. Les odonates, vivant à l’interface entre vie aquatique et vie terrestre, dépendent de la qualité des habitats naturels liés à la présence d’eau douce.


Les principales pressions découlant de cette menace sont les comblements et les aménagements des milieux humides pour faire place aux nouvelles infrastructures. En Île-de-France, la moitié des berges des cours d’eau navigables est artificialisée (IAU, 2012). L’urbanisation et l’artificialisation des berges (canalisation, busage, dragage, recalibrage…) sont autant de sources de dégradation voire de destruction directe des zones humides franciliennes.


La protection des libellules se concentre surtout sur la protection des habitats, sur l’entretien et la conservation des cours d’eau et de leurs berges dans lesquels leurs larves se développent.


L’Agrion de Mercure (Coenagrion mercuriale) est une espèce qui cumule les statuts à travers différents programmes de conservation et à travers différentes échelles. Pour l’Île-de-France, son niveau de menace demeure relativement élevé, elle a été évaluée « En danger » d’extinction [EN].


Chiroptères


De nombreuses chauve-souris (pipistrelles communes) sont observées sur la berge arborée entre le rideau d’arbres et la Seine à la tombée de la nuit. La berge est leur terrain de chasse grâce à la présence de nombreux moustiques, papillons de nuit, coléoptères, araignées… La berge arborée constitue un gîte pour leur reproduction.


La destruction d’arbres, la fragmentation des biotopes entrainent la disparition des gîtes et des terrains de chasse.


Toutes les espèces de chauves-souris présentes en France sont protégées par la loi de protection de la nature de 1976. L’Arrêté ministériel du 23 Avril 2007 (Modifié le 15/09/2012) précise : sur les parties du territoire métropolitain où l’espèce est présente, ainsi que dans l’aire de déplacement naturel des noyaux de populations existants, sont interdits la destruction, l’altération ou la dégradation des sites de reproduction et des aires de repos des animaux.


0 commentaire

Posts récents

Voir tout

" SIMPLIFICATION DE L'ACTION PUBLIQUE LOCALE "

ÉTUDE D'IMPACT PROJET DE LOI RELATIF À LA DIFFÉRENCIATION, LA DÉCENTRALISATION, LA DÉCONCENTRATION ET PORTANT DIVERSES MESURES DE SIMPLIFICATION DE L'ACTION PUBLIQUE LOCALE NOR : TERB2105196L/Bleue-1